top of page
Rechercher

Notre allégeance ? La petite enfance



Aujourd’hui, j’ai envie qu’on jase ! Oui, j’ai l’goût de jaser avec toi du problème qu’est la pénurie de main d’œuvre dans le réseau de la petite enfance ! Parce que quand ça ne va pas, il faut en parler pour se vider le cœur, faut par garder ça en dedans…


Mais avant, j’ai envie de te poser une question. Irais-tu, toi, travailler dans un service de garde/éducatif à l’enfance ? Dans une garderie ? Dans un CPE ? Dans un milieu familial ? Pis ta voisine, penses-tu qu’elle aimerait ça ? Et ta nièce, elle ? Avoue que ça fait trois fois que tu réponds non ! Ben c’est ça le problème ! PERSONNE ne veut travailler en garderie ! Personne, zéro, niet ! Les seules personnes qui sont sur le terrain sont les merveilleuses personnes qui vous permettent d’aller travailler chaque jour (parce que oui, on se rappelle en 2020, quand une méchante grosse affaire nous est tombée sur le nez, comme une claque en pleine face, on a réalisé que sans les fameuses éducatrices, personne ne pouvait aller travail !). Même pas ton médecin de famille ! Ok, tu vas me dire que les grands-parents, ça sert à ça, garder nos p’tits mousses. Eh bien, je vais te ramener sur Terre et te remémorer que la majorité des grands-parents travaillent encore et quand ils sont à la retraite, disons que le méchant virus les a légèrement refroidis !!! Tu comprends maintenant que c’est ça le problème actuel, « LE » GROS problème dont tous les dirigeants devraient tenir compte, c’est le manque de main d’œuvre en petite enfance. Ils devraient faire des pieds et des mains pour soutenir ce gros bateau qu’est le réseau de la petite enfance, celui-là même qui coule depuis… trop longtemps !


Le gouvernement aura beau faire semblant de rien, en mettant toute leur énergie sur la création de nouvelles places, ça ne servira à rien ! C’est bien beau construire des bateaux, mais ça prend des gens compétents pour les conduire et les amener à destination ! Tu ne peux pas désigner un chauffeur de camion pour prendre la barre de ton bateau, non monsieur ! Ça prend quelqu’un qui a de l’expérience, qui s’y connaît pour vrai ! Parlant de gens compétents, ça me rappelle que des études et des compétences, c’est assez primordial pour être bon, faire notre travail avec assurance et en veillant à la sécurité de tous et chacun ! Ta voisine a bien beau avoir des enfants, mais je vois déjà que les deux siens, c’est déjà trop !!! Alors je ne crois pas qu’elle soit la meilleure quand viendra le temps de gérer 6 marmots avec la morve au nez, quand c’est l’heure de s’habiller pour aller jouer dehors à -25° au Québec ! « No way ! » Elle va faire un « burnout » après 5 minutes ! Le Premier ministre lui-même en serait incapable, même en plein été quand on a juste à penser à nos chapeaux et la crème solaire ! C’est pas mêlant, personne veut aller travailler en petite enfance.


Et là, je pense à ça, mais si ça continue comme ça, tout comme le béluga, le « Ti-pou d’Amérique » (pour reprendre le terme de Sarah Hamel, Psychoéducatrice) va finir par, lui aussi, être en voix de disparaître au Québec! Qui voudra faire des enfants en sachant très bien que c’est rendu que, comme un gagnant du gros lot, t’es chanceux quand tu réussis à avoir une place en garderie ? Qui va vouloir se multiplier quand le nombre de places en services éducatifs à l’enfance se décuple depuis les dernières années ? Comme pour les bélugas, on devrait tout faire pour protéger nos enfants, ce qu’on a de plus cher, ceux qui seront l’avenir de notre nation. Ces enfants qui seront ceux qui veilleront sur nous quand on sera rendus vieux, qui garderont notre bateau en état de naviguer et qui protégeront à leur tour le « Ti-pou d’Amérique » pour que nous ayons un avenir heureux ! On devrait faire de l’enfant notre emblème, ce qui nous représente, bref, faisons-en notre fierté !


Mais pour attirer les meilleures éducatrices, la crème de la crème des techniciennes à l’enfance, il faut leur offrir plus que des miettes. C’est l’heure de sortir votre coutellerie en or, votre nappe en dentelle et vos 2x4 en bois provenant du Québec (parce qu’aujourd’hui ça vaut de l’or !). On doit les aider à réparer leur gros bateau du réseau de la petite enfance qui coule depuis longtemps déjà, pour qu’elles puissent enfin naviguer en paix, le cœur léger et avec toute la reconnaissance du monde devant leur travail sans égal ! Comme Noé et son arche, le personnel des services éducatifs à l’enfance transporte chaque année, dans leur groupe, de nombreux enfants et les amène à bon port, en sécurité, leur ayant offert tout le nécessaire, le « nec plus ultra » tout au long du périlleux voyage de leur petite enfance. Mais ce sera avec grande fierté que ces gens dévoués laisseront partir les enfants vivre de nouvelles expériences, à 5 ans, une fois rendus au point d’arrivée : la maternelle.


Ça fait que, aux prochaines élections, vote dont pour un candidat qui veut vraiment mettre en priorité le bien-être des enfants et celui des éducatrices aussi, pour que leur travail remarquable soit valorisé, mis de l’avant et que désormais, ta future voisine soit « LA » personne dévouée pour s’occuper de nos p’tits mousses adorés ! Travaillons ensemble pour protéger le « Ti-pou d’Amérique » et lui offrir un avenir décent, en commençant par lui offrir des personnes clé compétentes, formées et qui sauront bien prendre soin de lui, le chouchouter, écouter et comprendre ses besoins et l’aider à se développer pleinement !


Catherine, fière capitaine depuis 23 ans déjà






61 vues0 commentaire

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page